5 mars 2017

Des diaposonores pour l’agroécologie !

Paillage_Cambodge

Trois diaporamas sonores récents (deux réalisés par le Secours Catholique – Caritas France, un par RFI) montrent la variété et l’intelligence des pratiques agroécologiques, ainsi que leur importance pour les populations vulnérables.

Une première expérience, au Mali : l’alliance de techniques culturales (fumure organique) et de la maîtrise de l’eau (digue, cordons pierreux et puits) a permis le développement du maraîchage et l’amélioration des rendements de mil [1]. En outre, une amélioration sensible dans la gestion commune des ressources naturelles a produit des effets notables en seulement quelques années. Comme le constate l’un des brigadiers de Guihoyo chargés de faire respecter la convention locale sur les ressources naturelles signée en 2010 par les maires de la région : « Les arbres ont recommencé à pousser et à vivre dans la forêt. Il y a même de nouvelles espèces. » Et les animaux reviennent.

Une deuxième expérience, au Mexique, dans les montagnes verdoyantes du Chiapas, souligne que la transition agroécologique n’était pas gagnée d’avance [2]. Comme en témoigne un paysan autochtone, après l’arrêt des produits chimiques, cultiver « est devenu plus compliqué. Nous avons mené deux ans de bataille. On passait beaucoup de temps à désherber à la pioche et à la machette ». Cependant, à force de persévérance et de créativité, les efforts ont porté leurs fruits : les quatre variétés de maïs local cultivées en association avec d’autres cultures ont de très bons rendements, en plus d’être biologiques. Mais l’on ne peut s’en tenir au niveau du champ : la transformation locale de la production et les réseaux de commercialisation sont essentiels pour que les paysans et leur territoire bénéficient vraiment de ce travail.

Une troisième expérience se déroule au Cambodge, dans la province de Siem Reap [3]. L’usage des produits chimiques occasionne maux de tête, vertiges et maladies de peau. Pour autant, avec le soutien du Gret, l’agroécologie a pu se développer et gagne peu à peu en audience, notamment parce que le revenu de ceux qui la pratiquent a nettement augmenté. Les fermes passées en quelques années à l’agroécologie servent de modèle : technique du paillage, abri pour le compost organique, développement de l’arboriculture sur le pourtour de la rizière, etc. Des formations y sont dispensées et des échanges de paysans à paysans s’y déroulent (dans le diaporama sonore, l’on voit surtout des femmes).

Bien que chacune de ces expériences se situe sur un continent différent et qu’elles incarnent des situations contrastées, les diaporamas sonores illustrent le fait que l’agroécologie est bien une solution. Comme le rappelle le chercheur Philippe Baret dans un entretien accordé au Secours Catholique – Caritas France, cette agriculture « doit être efficace d’un point de vue économique – le but étant de gagner sa vie et nourrir sa famille –, c’est au niveau du système qu’il faut réfléchir et non plus au niveau de la parcelle. On peut essayer de maximiser la production d’une parcelle de blé, mais ce ne sera jamais suffisant. Il faut donc réfléchir au modèle le plus pertinent possible à la fois au niveau du revenu de l’agriculteur et au niveau de la durabilité environnementale. » Ensuite, les savoirs, savoir-faire et exemples locaux sont essentiels pour convaincre les paysannes et les paysans de se lancer dans une transition agroécologique qui n’a rien d’évident…

Les publications de qualité s’accumulent sur l’agroécologie. Elles sont heureusement complétées par le travail de journalistes qui, à travers le monde, nous donnent à voir et à comprendre les femmes et les hommes mettant en œuvre l’agroécologie. Celle-ci constitue à la fois un mouvement, une science et une pratique, tournés vers l’avenir : il n’y a qu’à visionner diaporamas sonores et autres documentaires [4] pour s’en convaincre !

Jean Vettraino

Notes

[1] « L’agro-écologie face à la sécheresse à Guihoyo au Mali ». Réalisation : Cécile Leclerc-Laurent.

[2] « Agroécologie – Au Mexique, des graines de résistance ». Réalisation : Benjamin Sèze.

[3] « Sok Sabaï ! Bonnes nouvelles du Cambodge – Reportage : Agro-écologie vs pesticide ». Réalisation : Romain Auzouy et Sibylle Véron.

[4] Marie-Monique Robin, Les moissons du futur, Arte éditions, 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *