12 décembre 2015

Réactions du Secours Catholique – Caritas France au dernier texte de l’Accord de Paris

nego fin

Communiqué de presse – Samedi 12 décembre, 18h43

« Le texte présenté comme final ce midi par le président de la COP21 pose des jalons importants dans la lutte contre les changements climatique mais ne donne pas les garanties nécessaires aux plus pauvres et plus vulnérables pour un accord véritablement juste », déclare Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique – Caritas France.

Incohérence entre les ambitions affichées et les propositions concrètes

Si la nécessité de rester sous un réchauffement de 1,5°C pour la survie des populations vulnérables est reconnue, il faudra que les pays augmentent l’ambition des engagements aujourd’hui sur la table, car ces derniers nous dirigent aujourd’hui vers un réchauffement de 3°C. Manquent aussi de cet accord les garanties suffisantes que l’objectif de 1,5°C soit atteint en cohérence avec les droits de l’homme, la sécurité alimentaire et les besoins d’adaptation.

Au lieu d’envoyer un signal explicite vers la sortie des énergies fossiles à 2050 et la réduction drastique des émissions, l’« objectif de long terme » proposé par le texte laisse la place à de fausses solutions comme le stockage de carbone dans les sols. Cette approche ne doit en aucun cas retarder l’action climatique, et risque de faire porter la charge des efforts climatiques par les populations qui en sont les moins responsables.

Des populations fragiles qui ne sont pas mises à l’abri des impacts climatiques dont elles ne sont pas responsables

« La notion de « production alimentaire » a été placée au sein de l’accord aux dépens de la notion plus juste de « sécurité alimentaire ». De plus les droits humains ont été écartés du cœur de l’accord pour être relégués dans le préambule. Nous continuerons néanmoins à nous mobiliser pour que les Etats mettent en œuvre ces principes fondamentaux dans leurs politiques climatiques », rappelle Jean Vettraino, chargé de plaidoyer international.

S’il était important que les pays développés s’engagent à être les premiers contributeurs et à sécuriser les 100 milliards de dollars annuels comme montant minimum pour la mobilisation de financement, le texte laisse encore beaucoup trop d’inconnues sur les sommes qui seront mobilisées après 2020 pour répondre aux besoins des pays en développement.

Poursuivre la mobilisation pour changer le système

« Ce texte d’accord n’est pas à la hauteur des enjeux. Il laisse néanmoins des points d’accroche que nous entendons saisir pour qu’ils soient traduits en politiques plus adéquates d’ici l’entrée en vigueur de l’accord en 2020. Dans la droite ligne des mobilisations citoyennes qui ont lieu autour du monde et de l’exhortation du Pape à changer de système, nous continuerons à rendre les pays redevables des engagements pris à Paris, et à aller au-delà », déclare Emilie Johann, responsable du plaidoyer international.

One Comment on “Réactions du Secours Catholique – Caritas France au dernier texte de l’Accord de Paris

Loïc L
25 décembre 2015 chez 20 h 20 min

Merci pour ces retours, les politiques ont leur part de responsabilité et cette COP montre un bel engagement. Nous aussi citoyens, prenons notre société en main

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *